Le « Davantage » d’Ignace

Le « Davantage » d’Ignace


Le « Davantage » d’Ignace

Le « Davantage » d’Ignace – La croissance personnelle dans la foi

Les Principes Généraux de la CVX énoncent au n°12 que « la manière de vivre de la Communauté de Vie Chrétienne engage ses membres à tendre, avec l’aide de la communauté, à une continuelle croissance personnelle et sociale qui soit spirituelle, humaine et apostolique ».

La croissance du compagnon fait donc partie intégrante du projet CVX (ProjetCroiss_CVX) en cohérence avec le « davantage » recherché en toutes circonstances par Ignace. Pas n’importe quel « davantage ». Il s’agit de connaître « davantage » le Verbe incarné (ES130), de louer et servir « davantage » sa divine Majesté (ES168)… Autrement dit de grandir personnellement dans la vie de foi et dans sa relation au Christ.

La joie de l'EvangileDans l’encyclique « La joie de l’Evangile » (EG) et dans lexhortation apostolique « Soyez dans la joie et l’allégresse » (GE), le Pape François relaie l’invitation de Dieu notre Père à toujours faire un pas de plus(Croiss_François). « Il désire simplement … que nous soyons disposés à continuer de grandir » (EG153).

Ce « grandir » consiste en « un progrès sur la voie de l’Evangile » (EG151), « un chemin de maturation » (EG160), « une formation » (EG161) mais il s’agit surtout « de se laisser transformer dans le Christ par une vie progressive « selon lEsprit » (Rm 8, 5) » (EG162). L’horizon de cette transformation est l’accomplissement du projet unique que Dieu a voulu pour chacun, de son nom propre(A4MissVocNPrp_CVX), du « rêve que Dieu a pour chacun » (Processus de croissance en CVX n°3).

L’idée de progresser dans ce sens, (GE13) attentifs à ne pas laisser passer l’invitation du Seigneur à grandir (GE169), a quelque chose d’enthousiasmant. « Coopérer par nos efforts à nous laisser transformer de plus en plus » doit nous apparaître comme la meilleure réponse au don premier de Dieu, « librement accueilli et humblement reçu » (GE56). Le « davantage », aussi appelé le Magis(DefMagis_FI), s’inscrit dans cette réponse. Il est la dynamique même de la vie et de l’amour(Magis_JF).

Les Principes générauxPour grandir dans cette dynamique, la CVX nous donne accès au trésor des Exercices Spirituels et aux moyens qui y sont attachés. Un de ces moyens est la relecture. C’est à la fois une démarche personnelle et communautaire. En communauté locale, il s’agit d’orienter son cœur avec l’aide des compagnons pour revisiter son quotidien et en recueillir les fruits. C’est ainsi que peuvent s’enraciner en nous les petits pas de la vie : le dépassement de la peur de dire « non » à un appel, l’apaisement d’une colère en donnant le droit à un autre d’être comme il est, une prise de décision contre son goût spontané…

La Communauté accompagne tous ces pas de croissance et ces grâces reçues. Elle aide à cerner les enjeux d’un combat spirituel qui se manifeste inévitablement à l’heure du choix. Il se joue beaucoup de choses au niveau de deux passages : le passage(DC_6) à une vie plus unifiée et le passage à une vie davantage reçue de Dieu.

La prise de conscience d’avoir vécu un combat sur l’un de ces deux passages, est initiatique car elle fait entrer plus avant dans le mystère de sa propre vie spirituelle. Elle aide à repérer les mouvements intérieurs de consolation et de désolation. Progressivement, par la relecture et par le soutien des compagnons, la grâce de croissance est mieux perçue, mieux reconnue et véritablement reçue.

Le cheminement(A4CheminChemint_CVX) de la croissance personnelle de chacun à la suite du Christ est un parcours particulier, unique : c’est une « histoire sainte ». Dans les avancées et les reculs, cette histoire se révèle au compagnon au gré des combats relus. Le cheminement de l’un ne se compare pas au cheminement de l’autre. Un compagnon en découverte peut être déjà très unifié intérieurement en Dieu. L’important est que chacun parte de là où il en est, et s’oriente vers le Christ avec les moyens offerts par la Communauté, au fur et à mesure du temps.

Sa manière d’agir devient alors plus simple, plus en cohérence.

A la suite Christ, la croissance personnelle est de l’ordre de l’être et non du faire.