Espace membres

Congrès de Nevers 2010 : « portraits de congressistes »

Tous nos noms sont inscrits dans le cœur de Dieu avec tous ceux de la Communauté Mondiale CVX, de la Communauté Ecclésiale, avec le monde, tous en un seul cœur, tous «Amis dans le Seigneur». Prenons le temps d’accueillir tous ces témoignages et ces visages.

 

Jérôme, Paris Nord

« J’avais fait la demande pour intégrer une équipe CVX il y a plusieurs mois. Puis, l’été dernier, j’ai participé au pèlerinage Manresa organisé par le Réseau Jeunesse Ignatien. Au retour, j’ai insisté et relancé ma demande pour intégrer une équipe CVX. J’en fais partie depuis peu mais je tenais à venir au Congrès pour vivre un temps fort. Et l’image qui restera gravée dans ma mémoire, c’est celle de l’Evêque et de l’Imam s’embrassant chaleureusement et fraternellement à la fin de la messe. »

 

Marie, Yvelines

« Pour moi, ce premier congrès se résume par les mots de l’Evêque pendant l’homélie. C’était très fort. Il a fini en nous disant de laissez l’Esprit nous montrer la manière d’être et la manière d’amour du Christ. Je garde cette expression en tête pour mes futures prières. »

 

Le premier congrès d’une convertie

« Récemment convertie, en marche dans la CVX à petits, tout petits pas, je vis mon premier congrès. Plutôt séduite, mais encore timide. Dans une société où le concept de communauté fait peur, entrer à CVX n’est pas une démarche anodine. De la relation presque intime au sein d’une communauté locale, se retrouver à presque 3000 en ce week-end de Pentecôte : quelle claque !

Quelle place pour moi dans la mission de CVX ? Le forum sur la réalité des migrants m’a montré une des facettes de l’implication de CVX dans l’aide vers les laissés pour compte. Je suis touchée et impressionnée. C’est à mon sens là que le Seigneur nous appelle. C’est en tout cas ce que je ressens depuis le bonheur fulgurant de ma conversion tardive.

Le vice-Assistant mondial de CVX a pointé du doigt les deux forces de la communauté, qu’il engage à développer : une, tournée vers l’intérieur et l’autre, vers l’extérieur. C’est la deuxième qui fait sens pour moi aujourd’hui.

Alors, que ferai-je de ce « OUI, à partager pour la mission » ? Je ne le sais pas encore. J’ai besoin de discerner ! Mais je repars gonflée par la ferveur de ce « AMEN, OUI AMEN », que, cœur à cœur, nous avons chanté à l’unisson. »

 

Isabelle, bénévole

C’est dynamisant, même si c’est un peu fatigant d’être congressiste et bénévole. J’ai bien aimé partager, nous n’avions pas de communauté de congrès, mais avec ceux de notre forum, Chrétiens Co-responsables de la Création, nous avons reconstitué une communauté entre nous. Je suis heureuse de pouvoir apporter une petite graine à l’édifice. Les participants nous ont posé beaucoup de questions, ils sont heureux que les chrétiens s’occupent de ces questions.
La veillée de samedi m’a vraiment ouvert intérieurement. Ici, j’ai vraiment ressenti la dimension communautaire, la place de la CVX dans l’Eglise…

 

Témoignage d’une maman venue seule avec son petit dernier

C’est le premier jour. J’accepte de ne pas tout capter de ce qui se passe, il faut que je trouve mes repères avec François qui a 4 mois et demi et que j’allaite encore. Je me régule avec lui, en essayant de ne pas déranger. Je vais seule à CVX et ai laissé nos autres enfants avec mon mari. Je me sens légère, c’est un cadeau de pouvoir être là. En fait François est une source de rencontres et comme il en sème beaucoup, je reçois dans l’émerveillement. Naturellement c’est un peu plus compliqué, mais je rends grâce et goûte la joie d’être mère, c’est ce que j’ai à faire aujourd’hui. Ce que j’ai à recevoir, je le recevrais.

 

Edith, accueillie, pour elle-même à CVX

Edith, divorcée, 3 enfants, découvre la Communauté. Son premier congrès est marqué par la joie d’un accueil ouvert à son parcours de vie, pas toujours regardé d’un œil bienveillant par l’Eglise. Cette ouverture s’est confirmée lors de son carrefour, où Edith s’est sentie en confiance pour partager sa peine d’être stigmatisée par une partie des chrétiens. Une respiration pour elle. « A CVX, je suis accueillie comme une personne en tant que telle. Avec mon histoire. Je n’ai pas l’étiquette « divorcée » qui me colle au front ». Confortée par l’écoute et la parole bienveillante du carrefour, elle se réjouit : « CVX est au-dessus de tout ça ». Derrière son doux sourire, Edith est révoltée « par l’hypocrisie de l’Eglise vis-à-vis des « divorcés/remariés ». Un souhait pour cette nouvelle entrante dans la communauté ? « Si CVX pouvait faire avancer le débat au sein de l’Eglise, ce serait formidable ».

 

Cinquante ans après…

Dans la foule des congressistes, j’ai aperçu Marie, qui avait été ma prof de latin et de géographie  à partir de la classe de cinquième dans les années 60. A l’époque, j’étais fascinée. Elle avait une approche large et généreuse de l’enseignement, avec elle on expérimentait: elle nous passait ses diapos de voyageuse, nous emmenait camper, nous confiait des copies à corriger, à plusieurs, le week-end, avait amené un intervenant de cinéma dans l’établissement. Aujourd’hui, dans la foulée, cinquante ans après, elle aide une jeune marocaine à préparer les concours administratifs et accompagne un gamin de son immeuble dans son travail scolaire.

 

Télécharger