Espace membres

« Et peut-être y aura-t-il un lendemain ! »  – Alban, CVX Centrafrique, avril 2021

Vous le savez sans doute, notre Communauté nationale est engagée dans le parrainage de la CVX Centrafrique depuis février 2020. Depuis lors, l’ESCN a pris contact avec les 8 membres de l’équipe nationale centrafricaine et en particulier avec son président Alban Max Kokouale et son assistant national, le P. Jules Soh, jésuite.

La pandémie ne nous aide pas à vivre le rapprochement. Nous cherchons cependant à maintenir un contact régulier par mails avec l’équipe nationale centrafricaine. Nous leur adressons des documents et le pdf de notre revue « Vie Chrétienne ». Nous visons 2 choses :

D’une part, établir à terme un vrai contact en envoyant 2 représentants sur place.

D’autre part, mettre en place une supervision à distance des accompagnateurs de communautés locales (Et à moyen terme, une équipe qui assurera le suivi de ce parrainage sans être contrainte par la durée des mandats de notre ESCN).

Un projet de voyage de Brigitte et Hervé en décembre dernier n’a pas pu aboutir. Des éléments propres à la situation centrafricaine et à notre propre calendrier rendent difficiles la fixation d’une prochaine date.

 

En attendant, nous profitons de toutes les occasions pour établir des ponts. Récemment, l’un de nos compagnons nous a mis en lien avec Maria Biedrawa, une française investie de longue date dans le processus Paix et Réconciliation du pays (Elle travaille avec les Comboniens et pendant 3 ans avec l’évêque de Berbérati – Ouest centrafricain). En avril dernier, à l’occasion de son dernier séjour de 3 semaines à Bangui, elle a pu rencontrer sur place une partie de l’équipe CVX.

A son retour, elle m’a dit que sa rencontre avec Alban (responsable national), Judith et le P. Jules l’avait beaucoup impressionnée. Elle a été très marquée par leur maturité, leur engagement et leur désir d’éveiller les consciences. « Ils se distinguent des autres groupes de prière car ils sont portés vers l’action. Ils ont le charisme qu’il faut pour le pays aujourd’hui » ajoute Maria.

Mais elle m’a dit aussi n’avoir jamais vu le pays dans un tel état de pauvreté, même pendant la guerre civile de 2015. Le mois dernier, il n’y avait plus d’électricité dans Bangui (même dans les hôpitaux, alors que le pays est désormais très touché par le variant britannique du CoVid). Le grand supermarché du centre-ville était complètement vide.  Cependant, l’espérance est présente, c’est la grande force du pays. « Le pays demeure beau. On cherche à le montrer. » lui disait Alban.

 

Nous vous invitons à prier pour la Centrafrique et les centrafricains. Les témoignages et les infos glanées sur internet ne nous donnent sans doute qu’une idée très partielle de la situation, des traumatismes qui en résultent, mais aussi des trésors d’humanité dévoilés dans un tel contexte. L’Esprit de paix est à l’œuvre, confions lui ce pays et ses habitants.

 

Nous recherchons des compagnons susceptibles de superviser les 4 accompagnateurs des CL centrafricaines. C’est une tâche délicate tant les écarts culturels sont grands entre nos 2 Communautés. Maria Biedrawa suggère que nous fassions appel à des compagnons français d’origine « subsaharienne »… Question : Ce profil existe-t-il dans notre Communauté ? Nous avons besoin de personnes formées à l’écoute ignatienne et ayant une bonne (et récente) connaissance de l’Afrique subsaharienne.

 

Nous avons plus que jamais conscience que nous ne sommes qu’au début d’un chemin qui prendra du temps. Nous comptons sur votre soutien.

 

Hervé Le Houérou, pour l’ESCN

Mots-clés :