Espace membres

Université d’été : Témoignage de Christiane Fayret

J’ai participé seulement le samedi à l’Université d’été de Nantes et j’ai été très surprise de ne voir aucun jeune ou adolescent en accompagnement de leurs parents ou plutôt grands-parents.

Je voudrais témoigner de l’intérêt que Camille, 10 ans et demi, et Tiphaine, 12 ans et demi, ont porté à cette rencontre.
Je leur avais demandé leur accord et elles étaient toutes les deux partantes.

Elles ont écouté avec beaucoup d’attention le père Antoine ; ensuite, nous avons rencontré SOS Méditerranée et l’association qui accueillait des jeunes à 4 familles. Un jeune Africain a parlé de sa vie en famille et au collège, et nous en avons reparlé après.

L’après-midi consacrée aux associations et aux « livres ouverts » (1) leur a beaucoup marquée. Elles ont posé des questions, se sont intéressées aux personnes elles-mêmes.

Au repas du soir, je les ai vues participer spontanément pour apporter des boissons et aider le groupe. Un membre de l’association qui préparait les repas leur a apporté un dessert supplémentaire pour les remercier, elles n’en revenaient pas !
La soirée les a enchantées ainsi que la Table ronde (2) animée par Arnaud du Crest.

Je suis très contente de leur avoir permis de participer à cette journée.
À les entendre raconter à leurs parents ce qu’elles avaient entendu et compris, je me suis dit que dans leur tête d’enfant des barrières étaient tombées vis-à-vis de l’Autre qui a pris des risques pour venir en France ; leurs peurs, si elles existaient, ne seraient plus de mise avec l’Autre qui est Étranger.

En conclusion, peut-être la Communauté de Vie Chrétienne (CVX), a-t-elle la possibilité d’organiser une telle rencontre soit au sein d’une aumônerie soit au sein des collèges : ce serait super.

Merci à vous.

Christiane FAYRET

 

1 « Livres ouverts » : rencontres brèves (environ 10 minutes) en face-à-face ente une personne migrante qui présente son histoire et un(e) participant(e). Chaque migrant a pu ainsi rencontrer en tête-à-tête plusieurs participants successivement.

 

2 La Table ronde a permis à trois exilés (deux venus d’Irak et un du Bangladesh) de présenter leur parcours d’insertion à Nantes. Arrivés depuis deux à trois ans, deux sont étudiants, le troisième a réussi à ouvrir un restaurant et s’apprête à en ouvrir un second. Ils ne sont donc plus demandeurs d’asile. L’idée était surtout de leur demander de témoigner de leur parcours d’intégration en France par les études ou le travail.