Espace membres

Meryemana : neuf mois d’approfondissement personnel proposé à des JF de 22 à 35 ans

Femmes en Eglise et pour le monde

L’année Meryemana ? Une année  de « fondation spirituelle » et de formation humaine à plein-temps, ouverte à toutes les formes de vocations : neuf mois de césure (8 septembre 2016-31 mai 2017) et d’approfondissement personnel proposé par la Communauté SFX à des jeunes femmes de 22 à 35 ans.

Beaucoup, aujourd’hui, ont des existences bien remplies. Un beau jour, elles prennent conscience qu’il leur manque de l’espace pour considérer tranquillement avec le Seigneur où elles veulent vraiment aller. Elles se demandent : « Où ma vie me conduit-elle ? Aujourd’hui, dans quelle direction avancer pour trouver ma place dans le monde et dans l’Eglise ? Quel(s) engagement(s) nouveaux prendre ? ».

Intériorité, engagement de solidarité, cours, rencontres…et du temps !

La rentrée prochaine se fera à Ermont, dans une maison un peu plus grande, mais cette année, nous avons démarré à Saint-Leu-La-Forêt où nous avons été très chaleureusement accueillies par la paroisse dans une petite maison du diocèse de Pontoise.

Un temps d’oraison silencieuse en commun commence chaque journée, puis messe à la paroisse. Au rythme d’une heure par jour, la Bible sera lue en entier. La prière du soir est préparée à tour de rôle par chacune selon son inspiration.

Un engagement bénévole occupe deux après-midis par semaine dans une association, une aumônerie ou un centre social des environs. C’est pour chacune, compte tenu de son attrait personnel, un lieu de décentrement et de découvertes par la rencontre des autres.

Meryemana

De plus, il y a des enseignements sur la Parole de Dieu, le Credo, le Concile Vatican II, l’interreligieux une fois par semaine, cours au Centre Sèvres (Facultés jésuites de Paris). Chaque mois,  découverte d’une figure de sainteté, canonisée ou non. Cette année, c’étaient Madeleine Delbrêl, Edith Stein, les époux Martin, Geneviève Anthonioz de Gaulle, Charles de Foucauld, Marie de l’Incarnation, etc. Certains modules sont regroupés sur un grand week-end, cette année : Les Semaines Sociales à l’UNESCO, « Oser ma vie affective » avec le Réseau Jeunesse Ignatien, une formation à l’écoute avec le CLER, la « Retraite pour femmes » de Béatrice Dufour à Paray-le-Monial, etc. La formation passe aussi par des rencontres de laïques ou consacrés, couples ou célibataires, témoins de différentes spiritualités dans l’Eglise d’aujourd’hui.

Autre lieu de formation, entre pairs : la vie fraternelle. Sans oublier la détente ! Du sport une fois par semaine dans une association, voir une exposition ou un spectacle en lien avec les questions abordées….

« Regarder l’avenir avec confiance »

L’année n’est pas terminée ! Mais les jeunes disent déjà que c’est comme « une année sabbatique, dans le sens du repos qui permet de prendre le temps pour se laisser faire en Dieu ». Elles goûtent de pouvoir « se connaître et s’accueillir en Dieu », et dans un même mouvement « découvrir ce qu’est le monde, ses appels et les différents moyens d’y répondre en Eglise ». Tout cela, disent-elles, favorise l’éclosion de leur propre vocation. Elles sentent que l’année Meryemana les aide à « avancer dans la vie, à regarder l’avenir avec confiance ».

Claire de Bénazé et Sabine Laplane, sfx

www.meryemana.fr

Voir la page Facebook