Espace membres

Accueil des migrants en Sicile

Expérience d’un monde à partager! Lors du dernier congrès de CVX en juillet 2015, j’ai été intriguée par la proposition de CVX Europe, d’une expérience d’accueil des migrants en Sicile. Après un rapide discernement, je suis en pré-retraite, libre des contingences familiales, je peux partir 3 semaines sans problème.

pstoy-sicile1Ainsi, je me suis retrouvée au sud de la Sicile en novembre au sein d’une équipe CVX très cosmopolite : 2 italiennes, 2 allemands, 1 slovène, 1 hollandaise et 1 suisse. Nous avons beaucoup échangé sur nos groupes CVX et bien sûr, nous avons partagé des temps de paroles, nécessaires dans ces temps d’accueil de la misère humaine. Quelle richesse de pouvoir réciter un notre père en 6 langues différentes! Quelle facilité de partage avec des gens engagés dans la démarche ignatienne! Aucune difficultés à vivre ensemble, nous avons cuisiné le soir avec le désir de faire connaître nos recettes régionales… Excellent! J’ai pris 3 kilos… Le week-end, nous avons fait du tourisme en visitant Syracuse, Modica, Siccli et Porzallo! Beaucoup de plaisir sous le soleil sicilien! Mais nous ne sommes pas là pour ça!

Par équipe de 2, dans la journée, nous allions dans nos centres respectifs. J’étais dans le centre de Canicarao, où résident 75 hommes en attente de la reconnaissance de leur statut de réfugié politique ou réfugié idéologique ( ce qui englobe la pratique religieuse mais aussi la reconnaissance du droit à la liberté pour les femmes). Ce centre est géré par une fondation crée par les jésuites entre autres. 3 matinées par semaine, des jeunes femmes venaient donner des cours d’italien, je ne parle pas un mot d’italien mais j’ai pu aider un égyptien ne sachant écrire que l’arabe et à qui il a fallu apprendre à écrire les lettres de gauche à droite, pas si facile que ça, surtout quand on ne peut communiquer autrement qu’avec les mains!

Le reste du temps, nous avons discuté avec ces hommes désoeuvrés, perdant quelquefois courage car ils attendent au moins 3 mois pour passer en commission pour prouver leur état de réfugié politique ( aucun réfugié économique n’est accepté) et encore au moins 3 mois pour avoir l’avis de la commission! Et le tout sans avoir le droit de travailler dans les champs alentour, ce que certains font toutefois dans l’illégalité mais en étant payés que 30 € pour 10 h de travail ( contre 75€ pour un travailleur régulier) . Si la réponse de la commission est négative, ils doivent retourner chez eux, ce qui n’est pour la plupart pas pensable! Alors ils peuvent faire appel et c’est à nouveau 6 mois d’attente ou fuir dans la clandestinité…Mais à l’arrivée au port de Porzallo, à peine descendus du bateau, les garde cotes ont pris leur empreinte digitale et ils sont fichés et répertoriés. Ce fichier étant européen, il sera difficile de partir dans d’autres pays …

La plupart de ces hommes sont en dépression, n’ayant rien à faire, ils ressassent ce qu’ils ont enduré à longueur de temps. Certains sont réellement traumatisés par ce qu’ils ont vécu dans leur pays,tortures ou humiliations. Une équipe de médecins et de psychologues passe régulièrement dans le centre pour les aider à voir la lumière dans les ténèbres! Nous avons organisé des activités telles que des jeux inter culturels, de la peinture de pots de fleurs ( en prévision des fêtes de Noël), du jardinage, des compétitions sportives… Au début de l’activité il n’y a jamais de monde puis les gars viennent petit à petit, pour finir par de belles parties de rigolade.

J’ai eu du mal à les quitter, une autre équipe CVX va prendre le relais. Depuis le mois de juin, des équipes viennent toutes les 3 semaines. 3 semaines c’est beaucoup et c’est vraiment très peu, juste le temps de créer des liens et de les laisser. Difficile de dire à un jeune que je ne pourrai pas vraiment l’aider quand il sera en France. Si tant est qu’il arrive en France, suite aux événements qui ont touché la France en ce mois de novembre. Beaucoup d’espoirs qui s’envolent! Comme dit Aboubakar, je parle français depuis ma plus tendre enfance, j’ai appris l’histoire de France sur les bancs de l’école tenue par un jésuite au Tchad, mon grand père a combattu auprès de la France pendant la guerre de 39-45 et je ne comprends pas que je ne puisse pas rentrer sur le territoire français alors que je suis en danger chez moi!

pstory-sicIle2

Pouvons nous leur fermer 
nos frontières? 
De quel droit?

Une femme a accouché dans un bateau lors de la traversée depuis la Lybie jusqu’à la Sicile. Je pense qu’il faut vraiment être dans un grand désespoir pour oser partir à 9 mois de grossesse! Une autre femme est arrivée à l’âge de 92 ans aidée par 3 jeunes hommes qu’elle avait recueillis suite à des attentats qui avaient tué leurs parents… De beaux gestes d’humanité, on peut en citer plein! Pouvons nous leur fermer nos frontières? De quel droit? Le droit d’avoir eu la chance d’être né au bon endroit et à la bonne période? Si nous gardons nos frontières fermées, les difficultés vont empirer.

L’expérience de CVX Europe a été pour moi, la chance de partager un peu de temps avec des hommes désespérés par rapport à leur passé, mais plein d’espoir quant à leur avenir . J’ai beaucoup discuté avec un professeur d’université guinéen qui a été promu Imam dans le centre pour guider la prière et j’ai trouvé que nous prions le même Dieu.J’ai appris beaucoup sur moi même et je me sens plus forte pour être dans le moment présent! Mais pourquoi cette expérience n’est pas relayée en France alors qu’elle l’est dans les autres pays?

Merci CVX

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer