Espace membres

Retraite en ligne Sur les pas du Pape François semaine 5 – lundi 16 juillet 2018

Construire des ponts et non des murs,comme chemin pour avancer
Semaine 5

Télécharger la semaine 5

Télécharger la semaine 4

Télécharger la semaine 3

Télécharger la semaine 2

Télécharger la semaine 1

Une nouvelle fois, le pape François a récemment mis en avant la « culture de la rencontre » au Conseil œcuménique des églises à Genève. Au tout début de son pontificat, il révèle : « Mes origines-mêmes… me poussent à travailler pour édifier des ponts … En moi, est toujours vivant ce dialogue entre les lieux et les cultures avec leurs éloignements – d’un bout du monde à l’autre, aujourd’hui toujours plus proches, interdépendants –, qui ont besoin de se rencontrer et de créer des espaces réels d’authentique fraternité. » Il s’agit là d’un des traits les plus caractéristiques de la manière d’agir de  François : laissons-le travailler en nous en nous mettant à son écoute.

Jorge Bergoglio, évêque argentin

« La culture de la rencontre est la seule chose qui permette à la famille et aux peuples d’aller de l’avant» affirme t-il  alors qu’il est archevêque de Buenos Aires.

cf « Je crois en l’homme – Conversations avec Jorge Bergoglio » F.Ambrogetti et S. Rubin (Plus d’infos)

Nous avons tous en mémoire l’amitié avec le rabbin Abraham Skorka et le professeur Omar Abboud, comme « sortie du cœur » lorsque François était l’Evêque de Buenos Aires.

« Nous avons rêvé de nous embrasser devant le mur des lamentations pour donner un signe de paix aux 2 000 ans de divisions entre juifs, chrétiens et musulmans ».

Cela s’est réalisé en 2014 lors de son voyage comme pape à Amman, Bethléem et Jérusalem.

 

Le Pape François

Durant son pontificat, François ne cesse d’insister sur la construction de ponts.

Lors du 25ème anniversaire de la chute du mur de Berlin, il prie « pour que se développe toujours plus une culture de la rencontre, susceptible de faire tomber tous les murs qui divisent encore le monde, et pour que jamais plus des innocents soient persécutés et parfois tués pour leurs croyances ou leur religion… Nous avons besoin de ponts, pas de murs ».

En recevant le prix Charlemagne, il appelle « aujourd’hui plus que jamais, à construire des ponts et à abattre des murs », à l’image des pères fondateurs de l’Union Européenne.

Dans un tweet de 2017 il proclame : « Je vous invite à construire des ponts, pas des murs, à vaincre le mal par le bien, l’offense par le pardon, à vivre en paix avec tous ».

 

Dans le Nouveau Testament

« La foi est une rencontre avec Jésus, et nous avons
à  faire ce que Jésus fait : rencontrer l’autre ». 

Partant de là, Jésus se retira dans la région de Tyr et de Sidon.

Voici qu’une Cananéenne, venue de ces territoires, disait en criant : « Prends pitié de moi, Seigneur, fils de David ! Ma fille est tourmentée par un démon. »

Mais il ne lui répondit pas un mot. Les disciples s’approchèrent pour lui demander : « Renvoie-la, car elle nous poursuit de ses cris ! »

Jésus répondit : « Je n’ai été envoyé qu’aux brebis perdues de la maison d’Israël. »

Mais elle vint se prosterner devant lui en disant : « Seigneur, viens à mon secours ! »

Il répondit : « Il n’est pas bien de prendre le pain des enfants et de le jeter aux petits chiens. »

Elle reprit : « Oui, Seigneur ; mais justement, les petits chiens mangent les miettes qui tombent de la table de leurs maîtres. »

Jésus répondit : « Femme, grande est ta foi, que tout se passe pour toi comme tu le veux ! » Et, à l’heure même, sa fille fut guérie.

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu, chapitre 15, versets 21 à 28

 

 

Pistes pour prier

1- Je fais mémoire de mes rencontres : puis-je reconnaître, à l’image de Jésus, des rencontres qui m’ont déplacé, un désir d’aller vers l’autre au-delà des convenances sociales?

Quels élans intérieurs ont pu alors être présents ? Quelles résistances ai-je dû traverser ?

 

2- Je repère dans ma vie des moments où j’ai pu participer à « construire des ponts », aussi humbles et simples soient-ils, à aller plus loin dans la rencontre. Quelle consolation ai-je alors reçue ? Comme le dit souvent le pape François, quel « bien » cela m’a-t-il fait ?

 

3- Dans l’affermissement intérieur de la « culture de la rencontre », à quoi je me sens invité dans l’ordinaire de mes jours ? Comment en ce sens je vis ma contribution de baptisé à la venue du règne de Dieu ?

☞ Pour être tenu au courant de la prochaine retraite en ligne, abonnez-vous à notre page Facebook Retraite en ligne – Communauté de Vie Chrétienne

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer