Espace membres

Élections 2017 : votez en conscience ! – Episode 5

Pour télécharger le texte au format PDF, pour une réunion de communauté locale, veuillez cliquer ici
Pour relire les épisodes précédents, veuillez cliquer ici

« Et maintenant si je regardais « la fin » ? »

En Février, en partant de la doctrine sociale de l’Eglise, nous avons élaboré un ensemble de questions sur la  vision du monde des candidats à la Présidentielle et leur programme.Nous vous proposons ce mois  d’analyser à la lumière de « Principe et Fondement », comment nous pouvons aborder notre manière de voter.

Relisons  « Principe et Fondement »

« L’homme est créé pour louer, révérer et servir Dieu notre Seigneur et par là sauver son âme, et les autres choses sur la face de la terre sont créées pour l’homme, et pour l’aider dans la poursuite de la fin pour laquelle il est créé. D’où il suit que l’homme doit user de ces choses dans la mesure où elles l’aident pour sa fin et qu’il doit s’en dégager dans la mesure où elles sont, pour lui, un obstacle à cette fin.

Pour cela il est nécessaire de nous rendre indifférents à toutes les choses créées, en tout ce qui est laissé à la liberté de notre libre-arbitre et qui ne lui est pas défendu ;
de telle manière que nous ne voulions pas, pour notre part, davantage la santé que la maladie, la richesse que la pauvreté, l’honneur que le déshonneur, une vie longue qu’une vie courte et ainsi de suite pour tout le reste,
mais que nous désirions et choisissions uniquement ce qui nous conduit davantage à la fin pour laquelle nous sommes créés ».

Ignace  nous rappelle que l’homme tient sa vie de Dieu, que l’humanité est en train d’être créée. Il nous dit ainsi que nous avons une place particulière sur cette terre, à savoir de vivre ensemble en relation avec lui. Notre liberté d’homme va donc veiller à préserver les choses créées, à savoir repérer ce qui fait obstacle à respecter le Seigneur.

Ignace nous invite à discerner ce qui va nous rapprocher du Seigneur. Le choix que je fais a quelle finalité ? Mes désirs et choix personnels sont-ils vraiment pour le Seigneur ?

On voit donc bien se dessiner, au delà de la dimension spirituelle, l’inspiration que « Principe et Fondement » peut avoir pour guider nos choix politiques. Les mots utilisés par Ignace ont d’ailleurs une résonance bien actuelle : la finalité de l’Homme, les choses créées, la liberté, la santé, la maladie, la richesse, la pauvreté,….

Relire les enjeux et nos préférences au regard de « Principe et Fondement »

Nous sommes invités à nous interroger et à éclairer notre choix par notre relation avec notre créateur, et à faire preuve d’indifférence.

Le Père Demoustier nous éclaire sur ce mot important dans le vocabulaire ignatien : « L’indifférence n’est pas la tare, elle est l’acte de mettre les plateaux en équilibre pour être en mesure de bien choisir. Ce qui suppose de faire la tare. D’ailleurs, saint lgnace ne parle pas d’indifférence. « Il est nécessaire de nous rendre indifférents  » écrit-il, il ne s’agit donc pas d’un état – être sans désir – mais d’un acte qui se donne comme le préalable au choix véritable, qui libère les conditions pour apercevoir les vraies préférences.

« User », en effet, ne s’oppose pas à « ne pas user », mais à « se dégager ». La balance devrait être juste et ne l’est pas. Avant de faire la pesée, il nous faut faire la tare de la balance. Nous sommes engagés dans les choses – nous pourrions même dire englués – de telle sorte qu’il y a quelque chose à faire pour rétablir un rapport juste avec les choses. C’est comme si nous étions toujours mal partis ; il nous faut concevoir un nouveau commencement pour rétablir les conditions d’une juste évaluation, d’une bonne mesure.

Il s’agit donc, non pas de nous sentir sans préférence ce qui serait contradictoire à notre humanité – mais d’éprouver qu’une manière d’être attaché aux choses entrave la vie de notre liberté. En conséquence, un désengagement provisoire s’impose à nous afin d’entrer dans une libre préférence. Avant de faire le choix, il convient de créer l’alternative, de prendre de la distance, de nous « défasciner » ».

Prenons deux exemples :

Si j’ai une préférence naturelle pour une politique privilégiant le libéralisme, la baisse des dépenses publiques (nombre de fonctionnaires, départ à la retraite à 65 ans, contrôle renforcé des dépenses sociales,…), Ignace nous invite à : penser à la fin et non aux moyens, à discerner dans l’indifférence de mon intérêt personnel, privilégier le bien commun et non celui de l’intérêt catégoriel.

Si j’ai une préférence naturelle pour une politique sociale privilégiant la redistribution des revenus (revenu universel, protections sociales renforcées, protection longue des chômeurs,…), Ignace nous invite à : penser aussi en terme de fin et non de moyens ; faire preuve de pragmatisme « user de ces choses dans la mesure où elles aident pour sa fin » ; discerner dans l’indifférence personnelle.

« Principe et Fondement » est donc un puissant tamis pour bousculer nos certitudes politiques, préférences ou jugements à priori.

Le plus important est d’apprécier les divers points/thématiques/enjeux selon le critère du rapprochement ou de l’éloignement de Dieu qu’ils provoquent au niveau de notre liberté profonde, en écartant ainsi ce qui fait obstacle à l’amour du Seigneur. Ce qui prime ce sera la fin et non les moyens (mesures législatives). Pour y parvenir je vais rechercher au plus profond de moi ce qui motive mon choix pour la mise en œuvre du bien commun, acte pris en conscience dans la recherche de la volonté de Dieu et qui sera plus aidant pour louer et servir Dieu.

Même si parmi nous chrétiens il y a un pluralisme, chacun ayant sa propre appréciation des enjeux, notre choix de candidat se déterminera en fonction du projet de société se rapprochant le plus au projet de Dieu pour l’humanité.

Laissons cheminer en nous la nourriture spirituelle que nous propose Ignace et qui éclairera notre raison : « Désirons et choisissons uniquement ce qui nous conduit davantage à la fin pour laquelle nous sommes créés».

Monika, Marie-Dominique, Jean-Luc, Eric, Alain, Marc

Pour relire les épisodes précédents, veuillez cliquer ici

Prochain rendez – vous dans la newsletter, le 25 avril 2017 sur la relecture de mon discernement pour le vote présidentiel.

Questions pouvant aider lors d’une réunion de communauté locale : relecture de mon chemin de décision

–          Ai-je prié avec « Principe et Fondement » ?

–          Ai-je essayé de faire preuve d’indifférence pour mon vote ?

–          Ai-je identifié les sujets sur lesquels j’ai le plus d’attachements ?

–          Ai-je essayé de « faire la tare » concernant ces sujets ?

–          Me suis-je confié au Seigneur pour m’éclairer dans mes doutes, interrogations sur mon vote ?

–          En toute liberté comment tendre vers le choix le plus ajusté pour servir notre Seigneur ?

–          Par mon choix vais-je permettre la construction du Royaume ?